Montagn’hard!

Ce week-end, 10 athlètes du club ont tester leurs mollets et leurs cuisses sur les pentes raides et longues de la Montagn’hard à St Nicolas de Véroce (74). 7 s’étaient inscrits sur le 64 km et 3 sur le 43 km. Les modifications de parcours lors des 15 derniers jours, suite à l’impossibilité de passer par la réserve naturelle des Contamines-Montjoies, faisaient atteindre un dénivelé stratosphérique ! C’étaient pas moins de 5500 m+ pour le 64, avec cerise sur le gâteau, la montée du Mont-Joly pour finir et 3500 m+ pour le 43…Énorme !

Mais il en fallait plus pour décourager nos représentants. Arrivée sur place le jeudi dans un superbe chalet au dessus de St Gervais, avec une merveilleuse vue sur le Mont-Blanc, ils étaient dans de parfaites conditions pour préparer cette course.

Vue depuis le chalet

Après un vendredi consacré au repos, le petit groupe se couche déterminé et impatient d’affronter ce monstre !

Réveil à 5h15, pour un départ de course à 7h pour le 64 et à 8h pour le 43, dernier point matos pour ce rassurer et ils sont prêts à partir.

Les 7 premiers représentants du club s’élancent sous le soleil, la journée est annoncée très chaude. Après 400 m de faux plat descendant, la première montée se présente. Elle donne le ton de la course. Elle est raide et impose déjà la marche à tous. Le rythme est donnée.

Rapidement chacun prend son allure. Ludo et Damien partent devant, suivi par Olivier M. Alexis, Michaël, Olivier A. et Sébastien débutent plus prudemment. Les premiers 400 m de dénivelés sont avalés tranquillement. Descente sur St Gervais…et bing, déjà une deuxième montée de 800 m+ (nouveauté de l’édition). Ludo et Damien ouvrent toujours la voie et choisissent de rester à l’abris derrière un traileur qui montent régulièrement et pas trop vite. Ils atteignent le premier ravito aux Toilles (15 km) après 2h20, suit Olivier M. peu après, Alexis, Olivier A., Michaël et Sébastien qui arrive en 2h55. La montée suivante est splendide avec au sommet une magnifique vue sur la vallée de Chamonix et sur le massif du Mont-blanc.

Pendant ce temps là, les coureurs du 43 sont partis. Noël et Thomas font le début de course ensemble, ils arrivent avec 10′ d’écart au premier ravito, Pierre ferme la marche mais fleurte avec la barrière horaire.

Ludo et Olivier au sommet du Prarion

Si la montée est splendide, la chaleur commence à peser sur certains organismes. Thomas sur le 43 et Olivier A. sur le 63 subissent quelques désagréments. Si Olivier arrive à faire face, malheureusement Thomas doit stopper à Bionnasay sur avis médical. Il est rejoint par Pierre qui est, lui, arrêté par la barrière horaire. Mais c’est quand même 26 km et 2150 m+, pour une première en montagne, c’est déjà beau !

Pour le reste du groupe, une fois la montée du Prarion effectuée, la descente sur Bionnasay et le 2ème ravito est plutôt roulante. Ludo et Damien y sont en 4h26. Olivier M. qui les avaient rejoint au sommet du Prarion, lâche prise dans la descente et arrive 10′ après eux. Les jambes commencent à brûler !

Alexis suit de prés. Olivier A. et Michaël font maintenant pratiquement course commune. Sébastien fait son chemin tranquillement et atteint Bionnassay en 5h54.

La suite de programme propose un passage au dessus d’un torrent, le col du Trico à plus de 2000 m et une belle descente bien technique sur Miage au 36ème km. Le paysage est à couper le souffle. Cependant il ne fait plus oublier les douleurs.

Damien passe devant au Col du Tricot mais le genou devient trop douloureux pour descendre. Il préfère stopper à Miage. Ludo est bien marqué également et les premières crampes apparaissent mais il décide de faire un ravitaillement assez rapide pour ne pas être tenter d’arrêter. Il prend soin quand même de bien s’hydrater et de se faire arroser copieusement par Stephanie et une bénévole pour rafraîchir la machine. Alexis est déjà là. Il gère parfaitement sa course, fort de son expérience. Il repart assez frais du ravito. Olivier M. et un peu plus loin Michaël et Olivier A. commencent sérieusement à être dans le dur. Olivier M. a les jambes qui piquent, Michaël son genou qui vrille et Olivier gère son mal de ventre comme il peut…Sébastien suit toujours son chemin…

Après Miage, le parcours continu à descendre et amène les coureurs à la première bifurcation. Le choix est donné de continuer sur le 64 ou de finir sur le parcours du 43. C’est Ludo qui arrive le premier, après quelques minutes d’hésitation, il préfère prendre le 43, les crampes ont eu raison de sa volonté. Pour Alexis aucun doute, enfin presque, il continu sur le 64 et part batailler dans le Mont-Joly. Pour Olivier M, Michaël et Olivier A, le choix est plus rapide ! C’est le 43 sans regret !

Arrive Sébastien, qui très courageusement poursuit sur le 64. Dernier de la bande sur le 43, Noël se présente à la bifurcation et avance tranquillement vers l’arrivée en pensant déjà à la bonne bière fraîche qui l’attend.

C’est Ludo après 8h34 d’effort qui franchit la ligne en premier, suivi par Olivier M. en 9h21, Olivier A et Michaël en 10h12 et Noël en 10h54. Ils sont tous contents de finir, harasser par la chaleur, les montées et les descentes. Mais tous fiers d’avoir réaliser 43 km et 3500 m+ et déjà pleins d’anecdotes à raconter.

Ils ne sont que 2 encore en course, Alexis et Sébastien.  Ils souffrent tous les deux dans la montée vers Porcherey, lieu du dernier ravito. Alexis, après un long arrêt continu. Sébastien, qui arrive 3h après Alexis, préfère stopper là. Bravo à lui d’avoir tenter jusqu’au bout de finir, une superbe expérience qui annonce de futurs belles courses.

Après encore 4h d’effort, Alexis arrive enfin au sommet du Mont-Joly à 2500 m ! Plus qu’une longue descente vers St Nicolas de Veroce et il franchit la ligne en 15h47 ! Il est finisher !

Après une nuit de repos, les muscles sont encore endoloris, la course a déjà été refaite 20 fois, notamment avec Jean-Remi du club de Blacourt qui a partagé l’aventure avec le groupe et qui fini le 64… mais une seule question traverse le groupe : “On fait quoi l’année prochaine ??

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *