Dix questions à … Thomas

La contre-interview de Thomas

(réalisée par Nico)

Trop modeste pour s’auto-interviewer, Thomas méritait néanmoins son heure de gloire au même titre que l’ensemble des glorieux entraineurs du BOUC. C’est donc dans un cadre convivial que Thomas m’a reçu avec hospitalité et a répondu avec au moins autant de panache que dans ses courses sur les haies.

Q : Hey vieux, pas trop raides les ischios ?

T : Wesh ma gueule, moins raides que mon sens du devoir (clin d’œil).

Q : Tu es au rayon boîte de conserves, quelles sont celles qui te définissent le mieux ?

T : (inspiré) Des carottes, parce que grand et élancé, mais surtout extra-fines parce que j’ai un cœur tendre et fondant.

Q : En quoi ta signature au BOUC constitue-t-elle l’aboutissement de ta carrière ?

T : (l’air grave) Dans le sens où je suis vieux et où ce sera mon dernier club en tant qu’athlète. (l’air inspiré) De plus, j’ai eu la chance d’y rencontrer des êtres qui ont aidé ma vie à aboutir telles que la Biche et l’Homme Puma. Je me suis aperçu que notre terre n’était qu’une grande ménagerie. (l’air philosophe) Quand on a compris ça, on a tout compris.

Q : Quelle a été ta plus grande honte en tant qu’athlète ?

T : Yen a eu un paquet déjà (rires glacés et sophistiqués). Sans doute la fois où aux interclubs, j’ai fait moins bien que la fille en longueur (à Tomblaine, le 8 mai 2005).

Q : Quelle a été ta plus grande honte en tant qu’entraineur ?

T : (l’air navré) Ses initiales sont CB, et son surnom correspond à un gracile animal des sous bois. Ma plus grande honte est sa coupe de cheveux après toutes ces années (sanglots). Je suis fan de ce petit animal (clin d’œil).

Q : Quels sont tes objectifs (pour toi et ton groupe d’entrainement) pour la saison 2011/2012 ?

T : Je ne veux pas me faire battre par Patrick au poids, La Biche en longueur et sur les haies, Nico au javelot et Yann au marteau.

Q : Quels malheurs pourraient arriver au BOUC ces 10 prochaines années ?

T : On pourrait se faire doubler aux interclubs par le club de « tonton » (clin d’œil appuyé).

Q : Si une fée du malheur apparaissait et t’infligeait de vivre un épisode honteux de l’histoire de l’athlétisme, tu choisirais quoi ?

T : (L’air amusé) Etre le gars du DUC qui a fini en 6 appuis l’an dernier sur 110.

Q : Sur quelle musique t’élancerais-tu pour battre le record du monde à la perche ?

T : Je répondrais bien Nougayork de Nougaro, mais c’est déjà pris. Je choisirais Les étrangers (http://www.youtube.com/watch?v=UPUA2S5kb2w) de Léo Ferré parce que ça parle de la nostalgie, de l’amitié et des femmes, tout ce que représente la perche (l’air passionné).

Q : la question vidéo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *